Le Conseil des droits de l’homme s’engage du prévention des conflits (fr)

Bern, 27.02.2017 – «Dans un monde de replis sur soi, on perçoit moins la volonté d’action commune que la remise en cause du cadre international des droits de l’homme», a affirmé lundi à Genève le conseiller fédéral Didier Burkhalter lors de l’ouverture de la 34ème session du Conseil des droits de l’homme (CDH). «Pourtant, les droits de l’homme sont précisément une réponse forte que l’on peut donner ensemble face aux questions de ce monde plus incertain et plus dur», a-t-il poursuivi. La Suisse a proposé trois priorités pour mener ensemble le dialogue et l’action en faveur des droits de l’homme: la prévention des conflits, le renforcement des capacités collectives et la mise en œuvre réelle des droits de chaque être humain.

La prévention et la médiation doivent être au centre de l’action de la communauté internationale, a souligné le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) en constatant sur ce sujet une «identité de vues avec la volonté du nouveau secrétaire général de l’ONU». La Suisse renforce ses capacités de médiation avec la mise en place, en collaboration avec l’Ecole polytechnique de Zurich, d’un Master en médiation pour la paix. La prévention par la défense des droits de l’homme, c’est aussi favoriser la coopération entre le CDH à Genève et le Conseil de sécurité (CDS) à New York, dans le sens de l’Appel du 13 juin 2006 lancé par la Suisse et auquel une septantaine d’Etats se sont ralliés.

Le dialogue et l’action en faveur des droits de l’homme doivent se baser sur des moyens suffisants et efficaces. « Nous devons renforcer nos capacité collectives », a estimé le chef du DFAE qui a annoncé que la Suisse allait augmenter, cette année, son soutien financier au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les droits de l’homme. Enfin, la Suisse s’engagera également davantage dans la mise en œuvre des droits de l’homme en soutenant le nouveau mécanisme international établi à Genève et chargé de faciliter les enquêtes sur les violations les plus graves du droit international commises en Syrie.

Par ailleurs, le conseiller fédéral Burkhalter saisit l’occasion de l’ouverture de la session du CDH pour effectuer des rencontres formelles avec les représentants d’une dizaine de pays.

Schreibe einen Kommentar